EU Logos

Regain de l’extrême droite en Allemagne : un nouveau défi pour l’Europe

Regain de l’extrême droite en Allemagne : un nouveau défi pour l’Europe 9 novembre, 2018

Cet article est une contribution de nos partenaires EU Logos Athena, écrit par Cécile Wlodarczak.

La ville de Chemnitz située dans la région de la Saxe, fortement marquée à droite, est depuis plusieurs semaines le théâtre d’importantes manifestations anti-migrants portées principalement par des groupes d’extrême droite. La troisième ville de la Saxe est devenue l’épicentre de la contestation, depuis l’arrestation de deux suspects de nationalité afghane pour le meurtre d’un jeune Allemand de 22 ans. Le dimanche 9 septembre 2018, on a pu y voir défiler des groupes ouvertement anti-immigration et islamophobes comme Pegida (mouvement de droite populiste contre l’immigration musulmane en Allemagne), ainsi que des groupes néonazis défilant aux côtés de membres de l’AfD (Alternative für Deutschland) parti eurosceptique et très critique à l’égard de la politique migratoire d’Angela Merkel, et de simples citoyens mécontents. Ces manifestations anti-migrants se multiplient et avec elles la visibilité, et la plus grande acceptation pour certains citoyens allemands, de la présence à leurs côtés des groupes d’extrême droite. Cette récupération politique des incidents mêlant migrants et citoyens allemands n’est qu’un signe supplémentaire d’une nouvelle force politique d’extrême droite inquiétante, aussi bien pour l’Allemagne que pour le reste d’une Europe déjà fragilisée, dont elle est l’un des membres fondateurs.

Une extrême droite de plus en plus visible en Allemagne

On croyait l’extrême droite en Allemagne presque éteinte, ou du moins très marginale. Si l’existence de groupuscules néonazis est bien connue, les actions perpétrées par ces derniers restaient largement condamnées, à l’instar des commémorations annuelles de la naissance d’Adolf Hitler[1] ou encore d’actes de violence plus ou moins isolés. Ces actions des groupes néonazis sont au fil du temps devenues de plus en plus violentes, allant jusqu’à l’assassinat « d’étrangers » de nationalité turque ou grecque[2]. Toutefois, en dépit de ces actions violentes et radicales qui sont unanimement décriées, l’extrême droite en Allemagne gagne une visibilité croissante, jusqu’à devenir, depuis les élections fédérales de 2017, la première force d’opposition du pays.

Pour comprendre comment ces groupes sont devenus de plus en plus visibles, il faut s’attarder sur l’extrême droite en Allemagne et son expression politique, tout particulièrement dans les années 1990 et 2000 avec la montée du NPD (Nationaldemokratische Partei Deustschlands), créé en 1964 par des militants d’extrême droite.

Revenons d’abord sur l’idéologie d’extrême droite post Seconde Guerre mondiale, pour tenter de comprendre quelles en sont les grandes lignes idéologiques. Après le traumatisme de la Seconde Guerre mondiale, l’idéologie d’extrême droite associée au nazisme est massivement rejetée, et toute association ou sympathie aux idées du nazisme déchu, fermement combattues. Seulement avec la fin de la guerre vient le temps du bilan et c’est sur cette question que des idéologies nationalistes ont recommencé à émerger, en abordant notamment la question des pertes allemandes durant la guerre qui a été, selon les nationalistes, largement passée sous silence[3]. En effet, le thème de la « mémoire des victimes allemandes »[4] occupe une place centrale dans l’idéologie d’extrême droite où l’on instrumentalise le passé pour mieux servir ses idées. Une autre des caractéristiques du discours d’extrême droite allemand est sa dimension raciste et ethnocentrée[5], où la haine de l’étranger devient indissociable de la rhétorique d’extrême droite. L’étranger est mis en opposition avec « le bon citoyen allemand » qui souffre du manque d’emploi, de l’insécurité et de toute l’attention mise par le gouvernement sur ces « étrangers » au détriment des «vrais Allemands ». La critique des élites est également une dimension importante puisque l’on va opposer une élite politique que l’on juge corrompue, coupée de toute réalité et désintéressée du sort des citoyens allemands.

L’étranger est mis en opposition avec « le bon citoyen allemand » qui souffre du manque d’emploi, de l’insécurité et de toute l’attention mise par le gouvernement.

L’extrême droite allemande devient progressivement plus visible, car celle-ci «s’est engagée depuis la fin des années 1990 dans un processus d’évolution et de concentration qui s’accompagne d’une radicalisation sensible »[6]. Il faut toutefois attendre l’année 2004 pour que le NPD commence à prendre plus d’importance, et notamment grâce à cette démarche de concentration qui a consisté en un rassemblement « des forces politiques radicales et militantes notamment en intégrant des groupuscules néonazis »[7]. En intégrant ces groupuscules marginalisés, le NPD a offert une structure et un cadre politique dans lesquels ces groupes pouvaient s’organiser, diffuser leurs idées et ainsi s’intégrer petit à petit au paysage politique. À ce sujet, Delphine Iost, Docteure à l’Institut français de géopolitique, dans son chapitre L’extrême droite allemande : une stratégie de communication publié dans l’ouvrage dirigé par Béatrice Giblin « L’extrême droite en Europe », décrit parfaitement ce cheminement. Elle montre notamment comment le parti a su développer ses propres plateformes d’expressions pour contourner les médias traditionnels qui leur sont largement hostiles. La deuxième stratégie du NPD a été de s’implanter spécifiquement dans certaines régions, notamment les anciens bassins industriels de l’ex Allemagne de l’Est, plus en proie aux difficultés économiques, et ainsi créer une base électorale solide[8]. C’est notamment le cas de la Saxe qui, encore aujourd’hui, est une des régions où l’extrême droite affiche ses meilleurs scores et où les mobilisations anti-migrants sont les plus nombreuses.

Avec tous ces éléments, nous sommes à présent en mesure de comprendre pourquoi, du fait de l’héritage du NPD, l’accueil de près d’un million de réfugiés a pu susciter de telles réactions. Cette stratégie d’évolution et de concentration nous sert à comprendre comment en Allemagne, certaines régions sont plus enclines que d’autres aux idées d’extrême droite, en faisant un terreau favorable aux idées de l’AfD sur lequel nous allons à présent nous pencher.

La montée de l’AfD

Le parti de l’AfD, est devenu en l’espace de quelques années seulement un acteur incontournable de la scène politique allemande. C’est la première fois depuis 1945 qu’un parti d’extrême droite siège au Parlement allemand, le Bundestag. Cette arrivée très remarquée est le signe qu’en Allemagne l’ostracisation systématique de l’extrême droite en politique n’est plus aussi évidente. Son score lors des élections fédérales en 2017, où il a obtenu 12,6 % des votes, place l’AfD directement en tant que première force d’opposition à la coalition entre les Chrétiens démocrates d’Angela Merkel et les Sociaux démocrates de Martin Schulz. C’est donc un nouveau paysage politique qui se dessine en Allemagne, où la coalition va devoir cohabiter avec un parti qui, de jour en jour, menace l’État de droit en instrumentalisant et organisant des manifestations comme celles que l’on a pu observer à Chemnitz[9].

[10]

Créé en 2013, l’AfD est né sous l’initiative de professeurs d’université, d’anciens conservateurs déçus par la politique économique d’Angela Merkel. L’idée principale était de porter une critique de la monnaie unique, notamment après la crise de la dette grecque et sa gestion par l’Union européenne. Initialement axé uniquement sur les questions monétaires et économiques, l’AfD prend à présent position sur différentes thématiques telles que l’immigration, le mariage homosexuel ou encore l’écologie. Sur toutes ces questions, l’AfD adopte un point de vue largement conservateur, en contradiction sur presque la totalité des sujets avec les valeurs de l’Union européenne.

Si certains partisans rejettent la qualification de l’AfD en tant que parti d’extrême droite, le lien étroit qu’il entretien avec leurs différents groupes est indéniable[11]. En participant aux mêmes manifestations eurosceptiques, islamophobes et anti-immigration, l’AfD tend à s’accorder et à reprendre certaines rhétoriques de l’extrême droite. On parle notamment de la critique des élites, de la politique migratoire et de façon plus générale de la place des « étrangers » dans la société. En février 2018, le chef de l’AfD dans la Saxe, André Poggenburg déclarait déjà que les migrants « doivent retourner là d’où ils viennent : au-delà, très au-delà du Bosphore, là où se trouvent leurs huttes en terre et leurs familles polygames »[12]. Ce type de déclarations, loin d’être isolées ont été reprises lors des défilés anti-migrants au cours du mois de septembre 2018, où se sont mêlés cadres de l’AfD, groupes islamophobes et néonazis ainsi que des citoyens de la ville venus exprimer leur mécontentement. Ce virage identitaire pris par l’AfD coïncide avec l’arrivée d’un nombre important de réfugiés et d’une chute significative dans la popularité d’Angela Merkel, du fait notamment de sa politique migratoire. Le parti, avec cette nouvelle orientation, vient surfer sur la crise migratoire et les tensions qu’elles peuvent susciter, tensions que l’AfD participe à exacerber à coups de déclarations xénophobes et d’appels aux rassemblements dans les rues.

Ce virage identitaire pris par l’AfD coïncide avec l’arrivée d’un nombre important de réfugiés et d’une chute significative dans la popularité d’Angela Merkel.

Il semble important de souligner ici que si l’extrême droite allemande a fait une entrée remarquée au Parlement, les citoyennes et citoyens allemands ne sont pas restés inactifs et un nombre encore plus important a défilé dans les rues de Berlin[13] pour marquer leur opposition à l’extrême droite et aux manifestations de violence, notamment envers les réfugiés. C’est donc bien le signe qu’en Allemagne, l’extrême droite, qui s’active à récupérer les incidents impliquant des migrants et renforcer son assise dans les Länder qui lui sont les plus favorables, reste encore largement condamnée et ne reflète pas les idées d’une Allemagne européenne et progressiste.

Quelles implications pour l’Europe ?

Cette nouvelle force politique que représente l’AfD a des répercussions en Allemagne, mais également en Europe. Le parti allemand occupe un nombre de 7 sièges au Parlement européen et est dispersé dans plusieurs coalitions eurosceptiques telles que l’« Europe of Freedom and Direct Democracy Group » (EFDD) présidé par Nigel Farage, fer de lance du Brexit. Si l’AfD n’a en Allemagne que très peu de chance d’accéder au pouvoir, sa présence au Parlement Européen ajoute aux forces eurosceptiques et conservatrices qui, nous l’avons vu récemment avec les débats sur l’application de l’Article 7 du Traité sur l’Union européenne à la Hongrie, restent tout de même très présentes[14]. La question de la Hongrie a servi de catalyseur aux débats sur les valeurs fondatrices de l’Union européenne, et on a vu que la place des débats sur le traitement réservé aux réfugiés y a joué un rôle important.

Que l’on parle du « Front National » français, de la « Ligue du Nord » en Italie, des « Démocrates de Suède » ou encore du parti « Droit et Justice » en Pologne, l’extrême droite et les partis ultra nationalistes tendent à occuper une place électorale qu’il ne faut pas négliger. Le poids de ces forces politiques dans les discussions au sein de l’UE risque d’être plus important si, lors des élections européennes à venir en au mois de mai 2019, ces dernières venaient à maintenir leur progression électorale. En effet, on sait que certains facteurs tels que la faible participation des électeurs tendent à favoriser les partis d’extrême droite lors des élections[15], sans pour autant refléter la tendance politique majoritaire dans leurs pays respectifs.

Certains facteurs tels que la faible participation des électeurs tendent à favoriser les partis d’extrême droite lors des élections.

Les évènements qui prennent place en Saxe nous renseignent sur la visibilité toujours plus importante de l’extrême droite en Allemagne. L’arrivée au Bundestag de l’AfD tire la sonnette d’alarme pour prendre conscience que, même dans un pays comme l’Allemagne avec le poids et les leçons de son histoire, l’extrême droite tend à s’insérer dans le paysage politique de façon toujours plus importante. L’AfD a su tirer son épingle du jeu ainsi qu’exacerber les tensions, en véhiculant des discours amplement hostiles aux étrangers et en s’affichant dans des rassemblements tels que ceux de Chemnitz, main dans la main avec les groupes d’extrême droite et notamment néonazis.

Les prochaines élections européennes de 2019 seront le moment de réaffirmer l’appui aux valeurs de l’Union européenne et réduire la portée des groupes souverainistes et eurosceptiques pour traiter des questions essentielles à tous les citoyens de l’Union. Les nombreuses manifestations d’opposition contre l’extrême droite, portées surtout par la jeunesse allemande, sont un signe encourageant, montrant bien que l’Allemagne reste encore une force progressiste au sein de l’Union européenne.

 

Sources

[1] OUEST FRANCE. « Allemagne. Un festival néonazi célèbre l’anniversaire de la naissance d’Hitler ». Ouest France, 2018. [En ligne] :https://www.ouest-france.fr/europe/allemagne/allemagne-un-festival-neonazi-celebre-l-anniversaire-de-la-naissance-d-hitler-5710852

[2] BASTIEN, Daniel. « Meurtres néonazis : jugement historique en Allemagne.». Les Echos, 2018. [En ligne] https://www.lesechos.fr/monde/europe/0301960316435-meurtres-neonazis-jugement-historique-en-allemagne-2191450.php

[3] GIBLIN, Béatrice, ed. L’extrême droite en Europe. La Découverte, 2014 pp. 217

[4] Idem

[5] Ibid ; pp. 210

[6] Ibid ; pp. 203

[7] Idem

[8] Ibid ; pp. 203

[9] LE MONDE. Editorial. « Allemagne : les menaces de l’extrême droite ». Le Monde, 2018 [En Ligne] https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/08/30/allemagne-les-menaces-de-l-extreme-droite_5348093_3232.html

[10] AFP

[11] LE MONDE. Editorial. Allemagne : les menaces de l’extrême droite. Le Monde, 2018 [En ligne] https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/08/30/allemagne-les-menaces-de-l-extreme-droite_5348093_3232.html

[12] WIEDER, Thomas, «Allemagne : la stratégie de la haine de l’AfD». Le Monde. 2018 [En ligne] https://www.lemonde.fr/europe/article/2018/02/19/allemagne-la-strategie-de-la-haine-de-l-afd_5259080_3214.html

[13] FRANCE INFO. « Allemagne : extrême droite et antifascistes se font face dans les rues de Berlin ». 2018. France Info. [En ligne] https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/allemagne/extreme-droite-et-antifascistes-se-font-face-dans-les-rues-de-berlin_2772776.html

[14] France 24. «Le Parlement européen déclenche l’article 7 contre la Hongrie pour non-respect de l’État de droit ». France 24. 2018 [En ligne] https://www.france24.com/fr/20180912-hongrie-orban-parlement-europeen-ue-article-7-declenche-conseil

[15] DAMGE, Mathilde. « En carte : la progression des extrêmes droites en Europe ». Le Monde. 2018. [En ligne]. https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/03/07/carte-comment-les-extremes-droites-progressent-en-europe_5267127_4355770.html

 

Nous remercions EU Logos pour cette contribution.

Share and Like :