article

La culture au sein de l’Union européenne : un enjeu de taille

La culture au sein de l’Union européenne : un enjeu de taille 14 avril, 2018

L’année 2018 sera l’année du patrimoine culturel en Europe. Le but ultime de cet évènement est de renforcer le sentiment d’appartenance des citoyens européens à l’Europe. Les citoyens européens perçoivent de moins en moins l’impact de leur appartenance à l’Union européenne dans leur vie quotidienne. Mais surtout, ceux-ci se sentent d’abord citoyens nationaux avant d’être citoyens européens. Pourtant, une chose pourrait réunir tout ce petit monde, la culture. Partager sa culture rapproche les gens. C’est bien connu. Dès lors, le sentiment d’appartenance et de compréhension de l’autre pourrait s’accroitre.

Les prémisses d’une reconnaissance de l’importance de la culture dans l’agenda européen.

Le domaine de la culture n’a pas toujours connu l’engouement de Bruxelles qu’on lui connaît aujourd’hui. Il a fallu attendre les années 70 pour que les politiciens européens reconnaissent la réelle importance de mettre en avant et de faciliter l’accès à la culture nationale de tous les États membres. La première réelle tentative de la part des politiciens européens fut de mettre à l’ordre du jour un article « culture » dans le traité de Maastricht en 1992. . L’Union européenne avait dès lors compris qu’elle ne devait plus seulement se cantonner au plan économique, social ou législatif pour acquérir sa légitimité auprès des citoyens européens .

L’Europe marqua clairement son envie d’entreprendre une nouvelle gouvernance en impliquant tous les États membres, mais aussi la société civile européenne dans le domaine de la culture.

La commission européenne a mis en place un Agenda de la culture. L’Europe marqua clairement son envie d’entreprendre une nouvelle gouvernance en impliquant tous les États membres, mais aussi la société civile européenne dans le domaine de la culture. Elle positionne les secteurs culturels comme des secteurs de priorité pouvant être source de croissance économique, d’emploi, d’innovation, mais aussi de cohésion sociale. Tous les 4 ans, un plan de travail en matière culturelle est fixé. Les secteurs culturels sont devenus des enjeux pour l’UE à l’aire de la mondialisation et du digital. Elle favorise une plus grande circulation des artistes et des œuvres, une plus grande visibilité du cinéma et patrimoine européen, etc. Un Forum européen de la culture biannuel met en avant la coopération culturelle européenne en mobilisant les acteurs principaux du secteur et incitant ces derniers à débattre dans le but améliorer les politiques et initiatives culturelles européennes.

Europe créative, le grand pas européen dans le monde inconnu qu’est la culture.

Pourtant depuis les années 2000, L’Europe a changé son cheval de bataille pour construire un sentiment d’appartenance européen. En 2006, la commission européenne a mis en place une agence exécutive chargée des domaines tels que l’éducation, de la culture, de l’audiovisuel, du sport, de la citoyenneté et du volontariat, « EACEA ».
Cet article ne s’attarde que sur les initiatives de l’EACEA en matière de culture. EACEA met en œuvre des politiques culturels, de coopération entre différents acteurs européens de la culture, favorise le dialogue entre ces différents acteurs, donne son support aux industries culturelles et créatives européennes. Et pour finir, elle sponsorise des programmes culturels, transnationaux et européens dont Europe créative.

Qu’est que l’Europe créative ?

Europe créative – Culture et MEDIA – est un programme de la commission européenne qui soutient des projets culturels et de l’audio-visuel avec l’aide d’organisations régionales, nationales et locales telle que des actions, des plateformes et des réseaux de coopération, ainsi que des projets de traduction littéraire . Ce programme s’étend sur une période de 6 ans (2014-2020) avec un budget de 1, 46 milliards d’euros. L’UE et les pays européens ont vite compris que la culture pouvait être source de croissance économique, d’emploi, d’innovation, mais aussi de cohésion sociale. Par le biais de ce programme, l’Europe montre son soutien au secteur de l’audiovisuel européen à l’ère du digital. Ce programme a pour but de faciliter l’accès au marché européen aux opérateurs culturels et de l’audiovisuel ; de permettre à ces acteurs d’atteindre une audience qui va bien au-delà de la frontière nationale ; et pour finir de développer leurs compétences. Le programme assure la responsabilité de mettre en en avant la diversité culturelle et linguistique de l’Europe tout en créant une culture européenne.

Le programme Europe créative se divise en trois volets « culture », « Media » et pour finir, « transsectoriel ». La partie « Culture » apporte aux projets, organisations et acteurs culturels des financements, des aides dans la promotion de leur projet au niveau transnational, mais aussi permet aux acteurs culturels et créatifs une aide à la mobilité. La seconde « Media » se focalise sur les secteurs de l’audiovisuel et multimédias de plusieurs manières. Par exemple, en aidant à développer certains projets, améliorant l’accès aux travaux du domaine de l’audiovisuel, promouvoir la cinématographie européenne, les festivals de films en Europe, renforcer et faciliter la circulation et la distribution des travaux du secteur d’audiovisuel européen, etc.

Promotion du cinéma et des talents européens.

En matière d’audiovisuel, l’Europe ne s’est pas arrêtée à l’aide financière. La promotion des travaux de ces acteurs culturels et créatifs européens sont célébrés lors de European film promotion. Cette initiative mise sur la promotion et la commercialisation du cinéma européen et de ses talents à l’international. Tandis que l’Académie du cinéma européen se focalise sur l’accès à des formations, des conférences et d’autres évènements qui ont pour but de promouvoir la culture cinématographique européenne et de faciliter son accès. Ces quelques exemples montrent le réel engagement de mettre en avant la culture des différents agents culturels et créatifs européens et d’aider à promouvoir leur travail dans le domaine de l’audiovisuel. Pour le dernier volet, le volet « transsectoriel » encourage l’entrepreneuriat culturel et de l’audiovisuel à l’aide de financement par l’accessibilité de prêts.

L’année du patrimoine culturel en Europe .

Le patrimoine est un des vecteurs de l’identité et de la vie quotidienne des citoyens européens.

Depuis 1983, la Commission européenne met en place chaque année une large campagne de sensibilisation sous le nom de « l’année européenne ». Cette initiative permet de mettre en avant un thème d’actualité tel que la lutte contre le gaspillage alimentaire en 2014, l’égalité des chances en 2007,etc. Elle attire l’attention du grand public et des acteurs politiques sur des sujets d’actualité. Cette année, l’Europe mise sur le patrimoine naturel tel que les sites et les paysages, l’architecture, les œuvres d’art, littéraires, musicales, audiovisuelles, mais aussi le patrimoine immatériel tel que les traditions, le savoir-faire des citoyens. Ce sujet n’a pas été choisi au hasard. En effet, depuis un petit moment, l’euroscepticisme est de plus en plus affirmé par nombreux citoyens. Les reproches d’une Union européenne incompréhensible le sont tout autant. Le sujet a certainement pour but de renforcer le sentiment d’appartenance des citoyens européens à l’Union européenne, mais aussi à encourager ces citoyens à découvrir l’étendue de leur patrimoine national et européen et d’y prendre part activement. Le patrimoine est un des vecteurs de l’identité et de la vie quotidienne des citoyens européens. Pour célébrer cette année 2018 du patrimoine, les États membres sont appelés aussi à y mettre du leur. En effet, chaque État choisit un coordinateur qui met en oeuvre dans son territoire l’Année, mais aussi coordonne les projets et les manifestations à tout niveau : local, régional et national. Au niveau européen, toutes les instances s’y prêtent au jeu : commission européenne, parlement européen, le Conseil de l’Union européenne, le comité des régions et le comité économique et social. Autant dire que cette année, tout le monde s’y met.

Une Europe unie est une Europe dont la culture n’a pas de frontière.

Malgré les nombreuses démarches qui visent à faciliter l’accès tant aux citoyens qu’aux professionnels du monde de la culture et du patrimoine. Le chemin est encore long. Les plans mis sur pied ne sont pas connus de la grande majorité des citoyens et des professionnels, certainement à cause d’un manque de communication et d’information vers le bas. De plus, l’Europe fait face à de nombreux changements et défis. L’année de la Culture a certainement pour but de renforcer les liens entre les différents citoyens des différents pays qui font le visage de l’Europe. Mais ce n’est qu’une goute d’eau dans l’océan de problèmes dont devra faire face l’Union européenne. Malgré les nombreuses zones noires, il est à espérer qu’un jour, il y ait une réelle collaboration et diffusion transnationale du milieu culturel. Une Europe unie est une Europe dont la culture n’a pas de frontière. Une Europe unie est une Europe qui ne banalise pas la culture et voit à travers elle tout le potentiel qu’elle a. Une Europe unie, ce sont des Européens qui connaissent leurs voisins et leurs atouts. La culture unie et non le contraire. Misons sur la culture !

Ornella Herman est étudiante à l’Université libre de Bruxelles


Bibliographie 

https://www.europecreative.be/fr/

https://eacea.ec.europa.eu/about-eacea_en

https://ec.europa.eu/culture/policy_en

https://ec.europa.eu/culture/

http://europa.eu/cultural-heritage/about_fr

https://www.touteleurope.eu/actualite/qu-est-ce-que-l-annee-europeenne-du-patrimoine-culturel.html

https://www.europecreative.be/fr/

https://ec.europa.eu/culture/policy/strategic-framework_fr

Share and Like :