article EU Logos

Populisme, le résultat d’une crise démocratique ?

Populisme, le résultat d’une crise démocratique ? 4 novembre, 2017

Difficile de s’intéresser à la politique contemporaine sans entendre le mot de populisme.

Pour certains c’est une menace, pour d’autre c’est une opportunité : celle d’exiger une véritable démocratie. Ainsi on trouve des acteurs politiques qui se revendiquent populistes (comme ce fut le cas de Barak Obama lors d’un discours à Ottawa en 2016) et d’autres qui sont simplement qualifiés comme tel. De Viktor Orbán à Beppe Grillo en passant par Jean-Luc Mélenchon et Donald Trump, la liste des politiciens dits « populistes » ne fait que s’allonger. Autrement dit, le terme couvre un large spectre d’acteurs parfois assez différents les uns des autres.

A la fois revendication et insulte, ce terme malléable est utilisé à tout va, on en oublie l’origine et même le sens. Malgré son utilisation permanente, nous n’avons généralement qu’une vague idée de ce qu’il véhicule. Pourtant, ce manque de précision ne semble pas gêner ses utilisateurs. Au contraire même, cela fait de lui un terme « fourre-tout » dans lequel chacun comprendra ce qu’il voudra.

Si on entend par populisme la démagogie, les promesses exagérées, pratiquement tout le monde a abusé des promesses. En cela on ne peut pas dire que le mot de populisme serait simplement un synonyme de démagogie.

On peut parler de rhétorique populiste dans laquelle on peut reconnaître trois grands traits communs.

  • D’abord, on y retrouve l’idée d’une politique économique protectionniste, menée par un Etat et qui permettrait de protéger l’économie contre la concurrence étrangère. Dès la fin du XIXème ? siècle avec la première mondialisation, les politiques protectionnistes se sont développées dans cette atmosphère.
  • C’est ensuite l’idée d’une politique nationaliste qui, dans un populisme européen dit « de droite », se cache derrière un rejet de l’Europe comme entité supranationale. On entendra qu’il « faut redonner la souveraineté au peuple ».
  • Et justement, parlant du peuple, la rhétorique populiste soutient une vision d’un peuple qui fait bloc, face à des élites.

Ces traits caractéristiques peuvent s’accompagner de la recherche d’un bouc émissaire au-delà des élites. Cela peut être un rejet de certaines communautés, vues comme responsables du malheur du peuple. Pierre Rosanvallon parle alors de « nationalisme d’exclusion ». Dans les formes de populismes européens c’est un rejet de la construction européenne. Cette Europe qui serait un rempart de plus entre la souveraineté et les peuples.

La période post 1989, un terreau fertile au populisme

Avec l’élection de Trump et le renouveau du populisme d’État, nous vivons un tournant important dans nos démocraties contemporaines, un nouveau moment politique. Une sorte de crise et d’effritement de la démocratie. Mais ce ressenti n’est pas nouveau.

Lors de la chute du mur de Berlin, nous avons assisté à l’effondrement d’une vision manichéenne des relations internationales, on y a vu une victoire de la démocratie. Dès lors pensait-on que la démocratie était acquise, qu’elle serait facile à entretenir, qu’elle serait stable. C’est en tout cas ce qu’affirmait Francis Fukuyama dans son livre « 1989 : La fin de l’Histoire ? ».  Or ce que l’on voit dans les années 70 et en France après 1968, ce sont des mouvements de contestation des sociétés qui affirment que les démocraties ne remplissent pas leurs fonctions de donner la parole aux citoyens. C’est d’ailleurs à partir de 1969 qu’émerge le mouvement ‘Ordre nouveau’ qui donnera naissance trois ans plus tard au parti du Front national en France. Le parti se décrit lui-même comme une « forme critique populiste du système politique et des principales forces qui le composent, […] contre la majorité usée, corrompue, impuissante » (Dézé 2012: 194). Dès lors on assiste à des demandes d’application pratique de la souveraineté du peuple de la part de divers courants politiques. A l’instar du Front national, ces partis politiques dit « populistes » ont perduré et occupent aujourd’hui une place importante sur la scène politique.

Pour Pierre Rosanvallon le populisme est justement, 30 ans après la chute du mur, « une forme de réponse – que l’on peut juger mauvaise – aux dysfonctionnements de la démocratie ». Il est vrai que l’on peut imaginer que si les citoyens avaient le sentiment d’être entendus c’est probablement un phénomène auquel nous ne serions pas confrontés aujourd’hui.

Echec de la démocratie, réponse par le populisme

L’Histoire de la démocratie est inséparable des mécontentements, des interrogations, voire des révoltes qui allaient de pair avec le sentiment de ce non-accomplissement de la démocratie.

L’élément majeur de la rhétorique populiste est de vouloir passer du pouvoir des élites au pouvoir du peuple. Autrement dit, le restructurer, effectuer un transfert de pouvoir des élites vers le peuple. Ainsi, lors de son discours d’investiture, le président américain Donald Trump disait : « Aujourd’hui, il ne s’agit pas d’une simple passation de pouvoir entre deux gouvernements ou entre deux partis. Il s’agit d’une passation du pouvoir qui part de Washington et qui vous est rendu à vous, le peuple. » Mais n’était-ce pas cela le but initial de la démocratie ?

Lors du discours de Gettysburg, Abraham Lincoln donnait une définition claire et sans équivoque : la démocratie est « le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ». On ne peut que constater qu’il donnait une définition de la démocratie directe dont le peuple serait le principal protagoniste.

Le problème majeur soulevé par la montée du populisme à travers le monde, c’est finalement un problème démocratique. Définir ce qu’est le peuple est complexe. La définition que l’on en fait dans une démocratie représentative n’est que trop superficielle. Comment s’imaginer trouver des représentants pouvant s’exprimer au nom d’un seul et même intérêt général ?

Il y a également un problème d’accessibilité à la politique. A la chute du mur, le bloc de l’Ouest ressort victorieux et l’on considère que la démocratie « à l’américaine » va s’étendre au reste du monde. On s’imagine que les citoyens vont pouvoir participer aux processus de décisions. L’émergence des revendications populistes va de pair avec l’amer constat que l’accès aux gouvernements n’est en fin de compte pas ouvert à tous. Et c’est ce décalage entre ce que les peuples pensaient avoir acquis après la chute du mur de Berlin et le peu de responsabilités politiques qu’ils ont aujourd’hui qui mène à de tels mouvements de mécontentement.

Tandis que les démocraties représentatives se donnent pour mission de représenter le peuple, des questions surgissent : En fin de compte qu’est-ce que le peuple ? Peut-on en parler au singulier ? Peut-être faut-il en finir avec cette vision homogène du peuple ? Qu’est ce qui légitime les élus ? Finalement il semblerait que le terme qui nous pose plus problème ici c’est celui de « peuple ». Or c’est là que le problème est de taille, le peuple n’est pas UN, il a différents visages.

Pour développer une réponse à l’atmosphère populiste il faut créer une démocratie plus vivante. C’est à dire faire des réformes institutionnelles dans les différents Etats mais aussi aux niveaux supranationaux comme cela peut être le cas en Europe. La démocratie exige plus que la simple consultation de quelques citoyens. De même, l’avenir de la démocratie européenne ne peut reposer sur un processus consultatif qui place à nouveau les gouvernements au cœur de la construction du projet politique. On peut observer un lien de corrélation entre dysfonctionnements démocratiques et montée des revendications populistes.

Finalement, le populisme n’est-il pas l’expression d’un système politique malade, d’une démocratie rouillée ?

Louise Bougot

Article également disponible sur le site de notre partenaire: EU Logos

Pour en savoir  plus :

Chemin, A ; Wieder, T et Martigny, V. 21/01/2017 France Culture. Emission l’Atelier du pouvoir. « Qu’est-ce que le populisme ? » ; https://www.franceculture.fr/emissions/latelier-du-pouvoir/quest-ce-que-le-populisme

Müller, J. et Joly, F. (2016). Qu’est-ce que le populisme ?. Editions Premier Parallèle.

Rosanvallon, P. (2015) Le bon gouvernement. Editions Seuil.

Le Monde.fr. (2017). Et Fukuyama annonça la fin de l’Histoire. http://abonnes.lemonde.fr/festival/article/2017/08/16/la-democratie-liberale-une-histoire-sans-fin_5173064_4415198.html

ShareAmerica. (2017). Texte intégral du discours d’investiture de Donald Trump. https://share.america.gov/fr/texte-integral-du-discours-dinvestiture-de-donald-trump/

Share and Like :