interview

« Les Etats Unis d’Europe » Une réalité en BD ?

« Les Etats Unis d’Europe » Une réalité en BD ? 18 novembre, 2018

©: Predrag Ivanovic

« Les Etats Unis d’Europe » est une série BD en six épisodes dont le premier tome sera publié en 2019 par l’éditeur belge Sandawe, spécialisé dans des projets de BD crowdfunding. L’histoire de ce  thriller géopolitique, qui se veut prémonitoire ou avant-gardiste, se déroule dans un futur proche où le parachèvement de la construction européenne a pris la forme d’une vraie Fédération d’Etats. Beatrice Pepe, rédactrice chez Eyes on Europe, a eu l’opportunité de rencontrer Hugues Aud, chef du projet et auteur du scénario de cet ouvrage, bientôt disponible à la fois dans les librairies spécialisées BD en Europe francophone et en ligne. 

Votre histoire se décline en six volumes, une pour chaque année jusqu’à 2025. Où la première histoire se déroulera-t-elle? Et les suivantes ?

En effet, un Etat-membre des « Etats-Unis d’Europe » offrira son cadre et ses décors à chaque album, selon un tracé qui subliminalement se rapprochera de l’épicentre de l’énigme étreignant ces 6 tomes. C’est Malte qui accueille notre premier album : « In Hoc Signo Vinces », dans tout le mystère et les légendes qui parent cette île en creux entre Afrique et Europe. Le deuxième album consacrera le Monténégro – dorénavant membre de nos « Etats-Unis d’Europe ». Outre anticiper les adhésions en cours ou hypothétiques, notre série souhaite également faire découvrir, dans leurs paysages comme dans leurs Histoires, certains Etat-membres méconnus par notre public francophone.

Votre BD fait sortir la question du Fédéralisme européen du microcosme où elle est traitée d’habitude. Est-ce que c’était un des buts de votre projet ?  Quelle est votre opinion sur la  possibilité d’une fédération européenne et quelles sont  vos attentes par rapport à la sortie de la BD?

La fonction première de la BD, comme ainsi de notre série, est de procurer un loisir  intéressant et divertissant durant une heure. Promouvoir en arrière-fond un cadre géopolitique hypothétique ouvre avantageusement en termes scénaristiques une scène à explorer, à ouvrager et à dynamiser. Concevoir cette Europe fédérale libère un champ des possibles aussi excitant que débordant, tout en restant très crédible – puisque l’UE aujourd’hui entretient déjà nombre de mécanismes fédéraux. Cadrer notre série BD dans une Europe institutionnelle parachevée s’avère également une vraie innovation thématique – puisque très peu de fictions s’inscrivent dans telle trame. L’UE semble n’inspirer que très peu les auteurs, tant sans doute son image reste terne, bureaucratique et éloignée pour un large public. « Chaque fois que j’entends parler d’Europe… je sors mon oreiller !», selon une formule ironique. Pourtant, la construction européenne regorge d’aventures, d’intrigues et de réalisations captivantes ! Bien plus en fait que les « Etats-Unis d’Amérique », qui pourtant, entre la Maison Blanche, la CIA et les guerres extérieures, accaparent l’essentiel des productions culturelles occidentales.. ! Puisse notre série BD amorcer une dynamique créative euro-centrée !

Une des raisons de cette déconnection populaire entre grand public et eurocratie en serait probablement la relégation tacite qui est faite du projet politique, de l’objectif ultime vers lequel tend la construction européenne. L’horizon fédéral, le plus évident car le plus pertinent pour tel ensemble transcontinental, restait tabou car polémique – voire épidermique – pour quelques Etats-membres. Dès lors, l’Europe s’est construite à petits pas, au quotidien, par des réglementations ou harmonisations pratiques, qui pour très utiles en soi, n’en soulevait guère plus d’enthousiasmes populaires, ou d’idéaux collectifs. Dorénavant, le Brexit pourrait enfin libérer un appel d’air européen, un horizon inspirant pour parachever la construction européenne vers une Europe explicitement fédérale, en consacrant les « Etats-Unis d’Europe » !

Pourquoi avez-vous choisi une BD comme forme alternative de véhiculer le message par rapport à d’autres (des films, etc.) ? Quelle est sa valeur ajoutée ?

La BD est sans nul doute le media culturel le plus aisé et le plus pratique à aborder. En quelques traits manuels (et dorénavant même par logiciels), des univers entiers peuvent être créés, des décors confectionnés, et des scènes d’action exposées… pour le prix d’un simple crayon à dessiner ! La BD démocratise la créativité par des instruments, des délais et des budgets incommensurablement accessibles par rapport au 7ème art, ou même au documentaire. Sa valeur ajoutée quant à la littérature est bien sûr son modèle d’illustrations, de dessins à textes, dans lesquels s’immerger pendant une heure de lecture. Dans notre série BD, le public peut s’initier personnellement à cette Europe fédérale, au rythme d’une aventure palpitante qui expérimente les rouages et les mécanismes institutionnels novateurs des Etats-Unis d’Europe, tels que le Parquet Judiciaire Européen, le FBI européen, les moyens de transports transcontinentaux futuristes etc !

©: Predrag Ivanovic, Hugues Aud

Pour tout autre renseignement, n’hésitez- pas  à visiter la page Facebook ou directement la page internet!

Beatrice Pepe est étudiante de Master 2 à l’ULB

Share and Like :